Apprendre les codes sociaux,
Pourquoi ? Pour qui ?

Qu'entend-on par code social ?

Le code social est un système de langage, de comportements et de signaux corporels (gestes, postures, vêtements, coiffure, accessoires...) qui transmettent ce message : « J’appartiens (ou je n’appartiens pas) à ce groupe ». Apprendre le code permet d'être accepté par le groupe.

La civilité, adaptation positive aux règles de vie de son milieu culturel, se construit dans la jeunesse, d’abord dans la famille puis à l’école et dans les groupes de pairs.

De l'intérêt de travailler les habiletés sociales pour développer la socialisation

La socialisation, c'est quoi ?

La socialisation est définie comme étant l'adaptation à la vie en société et la capacité de s'y intégrer harmonieusement.

Les interactions sociales, c'est quoi ?

Une interaction sociale se produit entre au moins deux individus, en réciprocité. Les comportements de l’un sont influencés par les comportements de l’autre et vice versa. 

Une interaction sociale peut prendre différentes formes. Cela peut être le fait de poser une question, de jouer à un jeu avec une autre personne, de se donner une accolade, etc.

Les interactions sociales comportent habituellement des composantes verbales (la parole) et des composantes non verbales (expressions du visage) ainsi que des comportements socialement attendus (salutation, contact physique, etc.).

De façon générale, les relations sociales sont centrales dans la vie des personnes neurotypiques* alors que pour une majorité de personnes ayant un TSA, elles sont difficiles à comprendre et gérer. Pour citer quelques unes de ces difficultés :

  • Décoder les intentions et les pensées de l'autre et adapter son comportement en fonction des attentes de l'autre.
  • Comprendre et appliquer certaines règles sociales parce ce qu'elles ne sont pas logiques ou sont perçues comme hypocrites.
  • Difficultés à deviner les attentes et les besoins de l'autre.
  • Interprétation parfois erronée des intentions des autres, engendrant de la frustration ou de l'anxiété.
  • Amorcer une conversation sans prendre le temps de créer le contact par une salutation ou en validant que l'autre a du temps pour discuter.

* Neurotypique (ou NT) est un terme couramment utilisé par les autistes (et les professionnels de l'autisme) pour désigner une personne non-autiste

Les habiletés sociales qu'est-ce que c'est ?

Les habiletés sociales se définissent par des comportements spécifiques qui permettent d'interagir efficacement et de façon appropriée avec les autres, d'entrer en contact, de bien s'entendre avec eux, de se faire des amis, de travailler avec d'autres, de prendre sa place au sein d'un groupe et d'y jouer un rôle valorisant...

Elles sont classées en 5 catégories :

  • les habiletés prosociales : être capable d'établir un contact avec l'autre et d'être agréable (sourire, saluer, partager, aider, complimenter, coopérer...)
  • les habiletés de communication : être capable de reconnaître et exprimer ses émotions, ses besoins et ses désirs, et la capacité à  reconnaître celles des autres. La communication et le langage : parler avec les autres, écouter, poser des questions, répondre, faire des demandes, etc.
  • les habiletés d'auto-contrôle de ses émotions et de ses comportements : être capable d'arrêter son geste et de se calmer, de tolérer les délais, d'attendre son tour, d'accepter un refus, de tolérer une frustration, de se calmer et de s'adapter à une situation.
  • les habiletés de résolution de problèmes / conflits : la capacité à trouver et appliquer une solution lors d'une situation problématique, négocier et faire des compromis.

 

L'acquisition des habiletés sociales est essentielle à l'inclusion. Pour la plupart des personnes, elle se fait simplement et naturellement, par l'observation, l'écoute, et l'imitation.

Pour d'autres, elle demande un enseignement explicite et méthodique, notamment pour les personnes qui ont un trouble du neuro-développement et qui connaissent des difficultés sur le plan de la communication, de la perception ou de l'auto-régulation.

C'est le cas des personnes avec TSA, y compris celles avec le syndrome d'Asperger.

Le syndrome d'Asperger, c'est quoi ?

Bien qu'il ne fasse plus partie de la nouvelle classification des troubles mentaux (DSM5), le syndrome d’Asperger fait partie de ce que l’on nomme les « TSA » (Troubles du Spectre Autistique). Cette forme d’autisme se caractérise par un trouble de la communication et des interactions sociales, des intérêts spécifiques très prononcés et des troubles sensoriels.

L’altération des relations sociales a de nombreuses origines (déficit des codes sociaux, manque d’empathie, difficulté à identifier &/ou à décrypter les sentiments & les émotions chez les autres), mais aussi de nombreuses conséquences sur la vie de la personne touchée (difficultés à répondre de manière cohérente aux attentes relationnelles des autres, fort besoin de routines, comportements atypiques (dans le sens d’inhabituels) et stéréotypies... 


Si le nombre et le type de symptômes, le degré de gravité de ces derniers, l’âge de leur apparition et le niveau de fonctionnement varient énormément d’une personne à l’autre, les difficultés de comportement, de communication et d’interactions sociales sont les manifestations communes au syndrome d’Asperger.

Références : les-tribulations-dune-aspergirl.com / educationspecialisee.ca / ABCD blog d'une maîtresse D

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.